été, béton et poésie

C’est l’été, mes enfants sont partis en colonie de vacances, une nouvelle saison de travaux débute.

Quel rapport me direz-vous avec cette page censée présenter mes écrits ? Une prière de patience. J’espère avant la rentrée pouvoir enfin mettre en ligne mon roman. Ce ne sera pas seulement, comme l’année dernière, la première moitié, mais l’intégralité que je souhaite vous donner à lire.

Depuis un an, j’ai complètement reconstruit mon texte, sa structure comme sa narrativité. Ceux qui ont déjà lu quelques extraits retrouveront, je pense, le même esprit,  le même souffle, et pourtant pas un paragraphe ne fut épargné. Ce fut parfois un mot, une virgule, ailleurs des phrases entières. Partout, j’ai tenté de gommer les raccords malheureux, les passages plus faibles, comme j’ai essayé d’adoucir la rigueur de ma préciosité.

Encore un peu de patience donc. J’ai bonne espoir d’achever la relecture des deux premiers chapitres pour la fin de ce mois-ci.

Publicités

Souvenirs d’école

Des élèves braillards, vils, pleutres et souillons,

De petites filles et de petits garçons

Qui tous se réjouissaient, hilares, d’arracher

Des ailes de mouches, des pattes d’araignées.